Interview Nathalie LEMAUFF

Nathalie Le Mauff est la directrice du bureau strasbourgeois de MacAnders Executive Search, spécialiste du recrutement par approche directe d’experts, cadres et dirigeants. Elle nous parle d’elle, du bureau Strasbourgeois mais aussi et surtout des tendances fortes sur le marché du recrutement dans le Grand Est, avec un focus tout particulier sur le recrutement des dirigeants, maillons essentiels de la transformation des entreprises post-covid.

AM : Nathalie, peux-tu nous parler de toi en quelques mots ?

NLM : Je suis née et j’ai grandi dans le Grand Est, région que je connais et que j’affectionne particulièrement. Diplômée d’un Master 2 de l’ICN Business School de Nancy, j’ai débuté ma carrière dans la vente de services de traitement des déchets dangereux. Durant presque 7 ans, j’ai donc sillonné la région et ses entreprises et ai développé une appétence toute particulière pour les procédés industriels.

En 2009, j’ai rejoint la filiale française d’un cabinet de recrutement international, au sein duquel j’ai développé dans un premier temps la division finance et comptabilité d’entreprise en Lorraine et en Champagne-Ardenne, avant que l’on me confie la direction du bureau strasbourgeois en 2010. Durant 7 ans, j’ai accompagné les enjeux RH des entreprises issues de secteurs variés (supply chain, banque et assurance, transport, industrie de la métallurgie, …).

Dans une volonté d’étendre mon expertise, j’ai rejoint le Groupe Center Parcs en qualité de Manager RH, avant de faire le choix, en 2019, de prendre en charge la création de l’activité MacAnders à Strasbourg.

Ma connaissance de l’écosystème économique régional, mon expertise en matière de recrutement et de ressources humaines sont des forces sur lesquelles je m’appuie au quotidien.

AM : Où en est le bureau Strasbourgeois de MacAnders, 3 ans après sa création ?

NLM : Notre bureau s’est vite développé et compte aujourd’hui 4 collaboratrices qui peuvent se prévaloir d’expertises très complémentaires.

Toutes disposent naturellement d’un savoir-faire fort en matière de recrutement, mais pas uniquement : nous avons en effet fait le choix de nous entourer d’une ex DRH et d’une ex ingénieure dont les expériences sont précieuses pour la bonne appréhension des missions qui nous sont confiées.

Notre chargée de recherche, dont le rôle est d’identifier et d’approcher les candidats a quant à elle un profil multiculturel. Elle est d’ailleurs parfaitement trilingue (français, anglais et allemand). Une qualité indispensable dans une région frontalière, mais également au regard des mandats qui nous sont confiés.

Nous travaillons en binôme, voire en trinôme, sur chacune de nos missions pour gagner en précision et en efficacité. Le regard croisé est un étape clé dans notre processus d’évaluation. Il nous permet également d’appréhender avec davantage de particularisation les problématiques de nos clients. A ce titre, nous n’hésitons jamais à faire appel à l’un des 80 collaborateurs que compte MacAnders en France s’il s’avère que son expertise spécifique d’un métier ou d’un secteur d’activité peut nous aider à identifier plus rapidement certains candidats ou à cerner avec plus de précisions l’écosystème de nos clients partenaires.

AM : Comme tu le précises, MacAnders est présent à Strasbourg, mais également dans 7 autres villes françaises, avec une capacité d’intervention partout en France et à l’international. Constates-tu des tendances particulièrement marquées dans le Grand-Est en matière de recrutement ?

NLM : Dans le Grand Est comme ailleurs, la crise sanitaire a mis en susspend de nombreux projets d’investissement. Les créations de postes ont baissé de moitié.

Depuis novembre 2021, on constate une vraie reprise, avec des entreprises qui se remettent à investir et à recruter. Les chiffres témoignent de cette tendance : en janvier 2022, le nombre d’annonces de recrutement publiées a par exemple augmenté de 35% par rapport à 2019. Chez MacAnders, aucune annonce n’est publiée car nous approchons en direct les candidats, mais la tendance est la même.

Le Grand Est figure au 7e rang des régions pour la création de richesse, avec un PIB proche de celui des régions Provence Alpes Côtes d’Azur ou Hauts de France. Le dynamisme est cependant assez inégal selon les zones d’emploi. Les grandes agglomérations (Strasbourg, Nancy, Metz, Mulhouse, Reims ou encore Colmar) polarisent les emplois cadres stratégiques à fort contenu décisionnel *. L’industrie est par ailleurs très présente dans l’écosystème régional : le poids des cadres dans l’industrie (25%) est une fois et demi plus élevé qu’à l’échelle nationale, ce qui est une traduction directe des fortes spécificités sectorielles observées dans plusieurs zones d’emploi.

La majorité des entreprises régionales se disent aujourd’hui confrontées à des difficultés structurelles de recrutement liées notamment à un déficit d’image de d’attractivité du Grand Est mais également à des aires urbaines qui subissent l’attractivité des pays limitrophes.

Les difficultés de recrutement sont particulièrement prégnantes lorsqu’il s’agit de cadres à forte expertise technique.

En tant que professionnels du recrutement par approche directe, l’enjeu est donc d’attirer les meilleurs candidats, quelle que soit la zone d’emploi et le secteur d’activité. Nous avons donc un rôle tout particulier à jouer :

  • En allant chercher directement des candidats, pour la plupart en poste ;
  • En jouant le rôle « d’agent » de l’entreprise cliente auprès de ces candidats, afin de mettre en lumière l’intérêt de rejoindre la structure, ce qui n’est pas possible lorsque l’on recrute uniquement via la publication d’annonces. Nous sommes des vecteurs de la marque employeur de nos clients ;
  • En convaincant l’entreprise de ne pas recruter le candidat le plus évident mais celui qui a la meilleure capacité « d’apprendre à apprendre » et de se projeter dans la durée. Pour ce faire, il est essentiel d’évaluer dès le process de recrutement les forces mais également les points de progrès du candidat afin qu’il soit accompagné de manière optimale au moment de son intégration dans l’entreprise.
AM : Outre les profils de cadres industriels pour lesquels vous êtes très sollicités, les entreprises vous confient également davantage de missions de recrutement de directeurs généraux depuis quelques mois. Comment expliques-tu cette dynamique particulière ?

NLM : Les directeurs généraux, tous comme les DAF ou les DG, ont fait partie des fonctions très sollicitées durant la crise. De leur propre aveu, peu étaient par conséquent à l’écoute de nouvelles opportunités. Les enjeux étaient par ailleurs tellement forts que, d’un point de vue éthique, ils ne pouvaient pas « quitter le navire en pleine tempête », pour en paraphraser certains.

Depuis la fin de l’année dernière, beaucoup vont au-devant de nouveaux challenges. Plusieurs nous ont d’ailleurs contacté de leur propre chef, en nous expliquant être moins captifs d’un contexte économique ou humain complexe.

 Les entreprises, quant à elles, sont à la recherche de dirigeants capables d’inventer de nouveaux modèles, avec des enjeux souvent triples :

  • Economiques, consécutivement à la crise que nous venons de traverser ;
  • De production, eu égard à la difficulté pour certaines structures à s’approvisionner ;
  • Sociaux, pour accompagner le retour au travail et les nouveaux modèles d’organisation (sens du travail, hybridation,…).

Les dirigeants sont donc les acteurs clés de la transformation économique, sociale et organisationnelle, capable de fédérer les collaborateurs autour de ce nouveau modèle.

AM : Comment vous êtes-vous adaptés à cela chez MacAnders ?

NLM : Notre rôle n’est pas de trouver le candidat qui a le bon diplôme, mais celui qui a la meilleure capacité à s’adapter à un contexte inédit, tout en capitalisant sur sa maîtrise technique.

Pour chacun des candidats que nous approchons, nous devons bien comprendre les défis qu’il a relevés par le passé et ainsi identifier les compétences qu’il a développées, dans un contexte de croissance comme de décroissance.

Comme évoqué précédemment, nous sommes donc des Ambassadeurs. Ambassadeurs des entreprises qui nous confient leurs recrutements et Ambassadeurs des candidats que nous accompagnons, avec un seul objectif : provoquer de belles rencontres professionnelles qui ne sont pas les plus évidentes, mais les meilleures pour leur avenir réciproque !

Lire la suite